Face au décrochage scolaire, le pari genevois

«L’école, ça n’a jamais été pour moi. Ici, je retrouve un cadre, les professeurs prennent le temps, j’ai beaucoup de chance d’avoir été repêchée.» Coralie, 18 ans.

Face au décrochage scolaire, le pari genevois

Depuis cette rentrée, une première suisse, aucun mineur ne peut légalement demeurer sans formation à Genève. Pour honorer cette exigence, le canton mise sur les stages dans les centres de formation professionnelle afin de recréer du lien avec les élèves en rupture
Le Temps

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *