La violence dans le foot, à tête reposée

«Grand club, petit club, de ville ou de campagne, identifié ou non à une communauté, personne ne peut se croire à l’abri.»

La violence dans le foot, à tête reposée

Alarmées par deux cas récents de violences graves et inquiètes des tensions toujours plus fortes autour du terrain, les parties prenantes du football genevois ont lancé des états généraux. Une grande première en Suisse
Le Temps

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *