Les coursiers rouleront à deux vitesses

«La convention collective de travail pour les coursiers à vélo crédibilise notre activité. Elle permet de ne plus considérer notre métier comme un boulot d’étudiant.»

Les coursiers rouleront à deux vitesses

Alors qu’Uber Eats fait ses débuts à Genève, le métier de coursier à vélo se professionnalise, via une convention collective de travail. Paradoxalement, le document exclut les livreurs de nourriture
Le Temps

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *